La ferme des enfants,Sophie Bouquet-Rabhi

Présentation :

« En 1997, Sophie Rabhi, enceinte de son premier enfant, entreprend de fonder une petite école alternative, en même temps qu’elle reprend la ferme de ses parents, en Ardèche. Convaincue que la clé de la réussite de tout apprentissage se situe dans la création d’une relation d’amour et de confiance entre l’enseignant et l’enfant, elle fonde La Ferme des enfants, afin de pouvoir mettre en pratique les enseignements et méthodes qu’elle ne retrouve pas dans le système éducatif conventionnel. Elle développe alors une pédagogie originale, à partir des analyses de M. Montessori, J. Krisnamurti, C. Freinet ou encore Alice Miller, pédagogie qui évoluera et se singularisera au fil des douze années de travail, d’expérimentation et de mise en pratique à La Ferme des enfants. A travers cet ouvrage, Sophie Rabhi ouvre des perspectives en nous livrant son témoignage, en tant qu’enseignante, pédagogue, mère et citoyenne. »

Commentaire :

Dans cette école basée en partie sur les principes de la pédagogie Freinet, les apprentissages scolaires se font en lien avec les apprentissages de la nature, plus particulièrement de la terre.

Cette école est intéressante à plusieurs titres :

  • Adoptant une pédagogie bienveillante, l’auteure et les enseignants de celle-ci placent les enfants au coeur des apprentissages.

Qu’est-ce qu’aimer vraiment un enfant ?

Réponse de Marité Falzone, psychothérapeute : « Ne rien attendre de lui. » Non seulement l’enfant est invité à suivre son rythme personnel, mais il est également encouragé à vivre pour lui-même et non pour répondre aux attentes des adultes. C’est donc à nous de nous placer à leur niveau et de ne pas chercher à réaliser nos ambitions, à résoudre nos craintes en attendant de l’enfant une réparation ou une réassurance quelconque.

  • La nature occupe une place centrale dans la pédagogie choisie. Ainsi l’auteure écrit

Permettre à l’enfant de vivre ce type d’expérience est, de mon point de vue, tout à fait essentiel. Car l’enfant privé de ce vécu, apprend dans les livres ou sur un écran ce qui constitue la vie sur cette terre, mais c’est comme apprendre avec des mots la définition d’un plat délicieux et subtil sans pouvoir le goûter.

Là encore je suis tout à fait d’accord avec elle puisque je crois aux apprentissages qui s’ancrent dans le réel. De plus comment comprendre et respecter notre planète sans  la découvrir concrètement ?
Nul besoin d’habiter à la campagne, un jardin partagé, un jardin sur un balcon, un élevage permettent de découvrir réellement la vie.

Pour aller plus loin

Cliquez ici pour découvrir l’école, le collège et l’éco-village de la ferme des enfants.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s