Les 3 pièges de la peur

La peur chez l’élève

Si l’élève n’a pas fait correctement ses leçons, quelle qu’en soit la cause : mauvaise note ou punition.
S’il n’apprend pas : mauvaise note.
S’il se trompe, s’il ne comprend pas : mauvaise note.
S’il n’est pas assez rapide, s’il a une difficulté : mauvaise note.
Si l’ensemble de la classe (et pas nécessairement lui) est particulièrement bruyante ou a malmené le matériel : possible mauvaise note.
Si ses résultats sont jugés insuffisants : redoublement.
La peur est souvent indissociable des apprentissages scolaires…
L’enfant grandit, il a peur d’être un imbécile… peur d’être un raté.
Or dans « Liberté pour apprendre », Carl Rogers dénonce le postulat affirmant qu’ « enseigner, c’est évaluer ; évaluer, c’est enseigner », précisant que 10 à 50 % des étudiants en première session de psychologie échouent…Des années de peur ne sont pas sans laisser de traces… La peur d’échouer est trop forte, elle paralyse et conduit trop souvent à l’échec…

La peur chez les adultes

Chez le parent :

Peur que l’enfant ne réussisse pas un contrôle.
Peur qu’il redouble.
Peur qu’il échoue.
Peur qu’il ne s’adapte pas dans sa vie d’adulte.
Peur qu’il « rate sa vie ».
Mais aussi peur d’être jugé, peur d’être un mauvais parent…
La peur s’associe alors aux attentes qui décuplent les peurs car lorsqu’on attend, on court le risque que ça ne fonctionne pas, la peur arrive… La peur contamine l’enfant… nourrit sa peur, la développe…

Chez l’enseignant :

Peur d’échouer, peur d’être un mauvais enseignant.
Peur d’une mauvaise notation, peur d’une carrière qui végète.
Peur de la réaction des parents si leur enfant est en difficulté.
Peur pour l’élève, pour son avenir…
Une fois encore la peur s’associe aux attentes… Une fois encore elle contamine l’enfant, nourrit sa peur, la développe.

STOP à la peur !

Non la peur n’est pas indispensable. Si on ne peut supprimer toute peur, il est possible de limiter celle-ci en se tournant vers la confiance :

  • la confiance en ses capacités de parent, de présence auprès de l’enfant
  • la confiance en ses capacités d’enseignant, en restant humble et toujours prompt à se former, à élargir ses compétences
  • la confiance en l’enfant, en son désir d’apprendre

Pour entretenir le désir d’apprendre de l’enfant, commençons par nourrir sa curiosité naturelle et n’oublions jamais que chaque enfant évolue à un rythme naturel.

Dans ce blog, au fil des jours, des semaines, vous découvrez des idées pour mieux accompagner les enfants et entretenir le bonheur d’apprendre, utilisez tout ce qui peut vous être utile et n’hésitez pas à faire part de vos remarques pour qu’ensemble nous luttions contre les pièges de la peur qui provoquent finalement plus d’échec que de réussites…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s