Le don de dyslexie, Ronald D. Davis et E-M Braun

Quatrième de couverture

« La dyslexie serait-elle un don ? Ronald D. Davis a découvert que ceux et celles qui manifestent ce handicap possèdent pour la plupart des dons singuliers, une intuition très développée, une pensée plus vive que celle de la moyenne des gens. Les frustrés de la parole aisée, les handicapés de l’écriture facile, ceux qui mélangent les lettres et les mots depuis l’enfance, ceux qui s’empêtrent dans l’expression de leurs sentiments et de leur pensée vont se découvrir ici des atouts insoupçonnés. Les parents qui s’affligent parce que leurs enfants ne parviennent ni à lire et à écrire, ni à calculer, vont découvrir des modes d’apprentissage qui permettent à l’enfant de sortir de la confusion et d’accomplir normalement ses études. L’auteur, dyslexique à l’origine et souffrant de l’être, a découvert que l’on pouvait inverser le processus, prendre le contre-pied de cette espèce d’infirmité, et l’utiliser pour la transformer en moteur de réussite.  »

Commentaire

Intérêts

Le premier intérêt de ce livre est de porter un regard positif sur la dyslexie : au-delà des difficultés il est question des dons fréquents qu’ont les dyslexiques car si la dyslexie signifie une difficulté à lire, s’orienter dans les textes, qu’elle implique également des difficultés à l’écrit, une personne dyslexique n’est pas seulement en difficulté, son cerveau fonctionne différemment avec les atouts que ça peut impliquer.

Deuxième intérêt : encourager créativité et imagination, des atouts pour mieux apprendre et retenir.

Troisième intérêt : proposer une méthode pour contrer la dyslexie.

Bémols cependant

La méthode est difficile à appliquer soi-même. En effet Ron Davis part du principe que la dyslexie vient d’un problème de désorientation, il va donc falloir apprendre à se réorienter. Malgré les exercices proposés dans le livre, un professionnel formé à cette méthode sera plus à même de l’appliquer or ils ne sont pas présents partout en France

D’autre part si l’approche est plus qu’intéressante, toutes les dyslexies ne sont pas identiques et cette approche sera moins efficace pour un certain nombre de difficultés (difficultés non essentiellement visuelles).

Enfin l’auteur semble associer dyslexie et douance or on peut être dyslexique sans être à haut potentiel ainsi certains dys sont plus ou moins créatifs. Peu importe : les dys ont de véritables talents !

Conclusion

En tant que professionnelle, c’est en tout cas un des livres qui m’ont permis de comprendre certaines causes, d’adapter ma pratique et de mettre en place des aides efficaces. Par conséquent je vous recommande sa lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s